dimanche 26 novembre 2017

Cookies aux pommes caramélisées !

Je t'ai manqué ? Allez, pas même un petit peu ???

"Mais t'as déconné ma fille !!! 7 mois sans l'ébauche d'une nouvelle recette..."

OK, OK ! Je ne vais pas te refaire le couplet du temps qui me manque... Je ne fais pas non plus un retour en fanfare, pas de fausses promesses sur d'éventuelles recettes à venir. Ces dernières semaines, je n'ai jamais autant compris la différence entre "vouloir" et "pouvoir"... Si le blog me manque beaucoup, j'ai un peu de mal à tout concilier... Je t'aurais sans doute parler de ma fierté de maman lorsque mon grand loulou a réussi haut la main son CEB, de l'Ecosse et de mon véritable coup de foudre pour cette région du monde cet été, de toute ma peine à voir partir celui avec qui j'ai partagé mes journées de travail pendant 15 ans et qui est devenu mon meilleur ami et le parrain de mes enfants... J'aurais sans doute exprimer plein de choses et en exorciser d'autres à travers mon blog pour t'amener forcément vers une nouvelle recette... Vouloir et pouvoir... Pas simple... pas simple...

Je n'ai pas rien fait durant cette période de silence... J'aime toujours cette cuisine simple et gourmande qui me rapproche forcément de mes enfants. Et j'ai de quoi prouver ici qu'il n'y a pas que les pépites en chocolat qui font des bons cookies et que malgré tout les enfants adorent...

Oups ! J'ai perdu le petit réflexe de compter mes biscuits pour annoter leur nombre à la recette... Je sais, c'est pas bien... 




Ingrédients (*)

- pour les pommes caramélisées

4 pommes (**)
70 g de beurre doux
100 g de sucre


- pour la pâte à cookies

120 g de beurre légèrement fondu
150 g de sucre roux de canne
50 g de sucre
1 œuf
un peu de pâte de vanille ou 2 càc d'extrait de vanille
280 g de farine
1 càc de levure chimique (baking powder)
3 g de sel


Pelez et coupez les pommes en petits carrés.
Dans une petite poêle sur feu moyen, versez le beurre, les pommes en dés. Saupoudrez du sucre. Laissez le beurre fondre , mélangez une première fois. Lorsque le sucre est bien dissous et que les pommes ont rendu leur jus. Augmentez un peu le feu. Mélangez de temps en temps. Il faut que les jus s'évaporent. Réduisez à nouveau le feu et poursuivez la cuisson jusqu'au moment où les dés de pommes ont une belle couleur dorée et qu'il n'y aie quasiment plus de jus de cuisson.

 Dans un bol, commencez par mélanger tous les trois ingrédients suivants : la farine, la levure chimique, le sel. Réservez.

Dans un autre bol (ou le bol de votre robot muni de la feuille), déposez le beurre fondu, le sucre roux et le sucre. Mélangez. Ajoutez l'œuf. Mélangez à nouveau. Versez une petite lichette de pâte de vanille (ou l'extrait de vanille). 
Incorporez le mélange farine/levure/sel (en une fois si vous possédez un robot) et lorsque tous les ingrédients sont bien amalgamés, ajoutez les pommes caramélisées en évitant de mettre le reste du jus de cuisson. Mélangez délicatement.

Préchauffez le four à 180°C

Formez des boules de pâte (je pense en avoir préparer entre 25 et 30...)  et déposez-les sur un plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé.

Enfournez pour 10 à 12 minutes. Surveillez la fin de la cuisson.

Laissez encore 2 minutes sur la plaque à la sortie du four avant de transférer sur une grille. Laissez refroidir.

Dégustez à l'heure du thé ou avec un bon café ou un chocolat chaud pour les plus gourmands...


* Recette adaptée du site "Il était une fois la pâtisserie"... J'ai mis plus de pommes caramélisées !!!

* Evitez les pommes à compote et préférez une variété qui garde une belle tenue en cuisson. Ici, j'ai utilisé des pink ladies.

lundi 1 mai 2017

Entremet Framboises/Framboises

Du rose, du rose, du rose... Après mon coup de blues, et mon mini coup de gueule de la semaine dernière, serai-je revenue à de meilleurs sentiments ??? Bofff, pas vraiment ! Météo pourrie avec le gel qui a bousillé mon figuier et la moitié des feuilles de mon magnifique érable japonais. Une autre mauvaise nouvelle est arrivée telle une gifle, bien que préparée depuis quelques temps à la recevoir. Non, ce n'est pas vraiment le beau fixe, la vie en rose et le monde des bisounours ! Mais bon, je mets mes tristes pensées de côté pour le moment...

Je ne suis pas tombée dans le "girly" sans raison ! Difficile de t'expliquer pourquoi j'ai préparé un gâteau tout rose sans te parler d'une sacrée choupinette qui fait un peu partie de la famille.  C'est une petite demoiselle, 13 ans tout juste, mignonne comme tout, un peu "garçon manqué", un peu rebelle, un peu insolente aussi (juste de quoi faire enrager les adultes) et tout simplement indissociable de mon fils.  Autant dire qu'elle fait presque partie des meubles puisque la miss passe beaucoup de temps à la maison ! Et sans mentir, je l'adore aussi ! Alors quand elle m'a demandé de lui préparer un gâteau pour son anniversaire, je n'ai pas pu lui dire non, évidemment.

Je n'ai pas choisi de faire ce gâteau parce qu'il lui ressemble car elle est très loin de la petite fifille avec des beaux rubans dans les cheveux et des jupettes... Non, car il faut la voir arriver avec ses jeans troués et son ballon de foot. Mais c'est son gros anorak rose fluo qui m'a donné l'idée (je la trouve trop rigolote dedans) et puis tout simplement parce qu'elle aime les framboises... J'ai un peu bidouillé pour la mousse au vu des recettes très différentes trouvées sur le net et j'ai enfin testé le glaçage miroir blanc (coloré en rose pour l'occasion), toujours aussi délicat puisqu'il fait tout le visuel du gâteau mais j'ose espérer que tu le trouves de mieux en mieux maîtrisé...




Je me répète, pour ce genre de recette, rien de difficile si ce n'est le glaçage final... juste un peu de patience et du temps pour réaliser les différentes parties de l'entremet.
Je vous donne le déroulement et les ingrédients nécessaires étape par étape.

- L'insert gélifié aux framboises


L'avant veille, on prépare le coeur du gâteau.

250 g de purée de framboises
50 g de sucre
2 g d'agar agar (1 sachet)

Versez tous les ingrédients dans un poêlon et faites bouillir 2 minutes.
Laissez tiédir et coulez dans un petit moule en silicone de 18 cm. Bloquez au surgélateur.


- La dacquoise aux amandes et croustillant au chocolat

La veille,  on commence par la base du gâteau.

75 g de poudre d'amandes
100 g de blancs d'oeufs
60 g de sucre
15 g de maïzena

30 g de gavottes
50 g de chocolat noir culinaire

Préchauffez le four à 170°C

À l'aide de votre robot, battez les blancs d'oeufs avec le sucre pour obtenir une préparation bien ferme. Saupoudrez de maïzena tamisée et ajoutez la poudre de noisette. Mélangez le tout délicatement à l'aide d'une maryse.

Coulez la pâte sur plaque allant au four recouverte d'un papier sulfurisé. Lissez le dessus et enfournez pour 15 à 20 minutes (cela dépendra de votre four).
Laissez refroidir et découpez un disque de 20 cm de diamètre. Enlevez délicatement le papier sulfurisé. Déposez le disque sur une plaque, une planche ou une assiette que vous pourrez aisément rentrer dans votre frigo et sur laquelle vous déposez un exopat ou un nouveau morceau de papier sulfurisé.

Faites fondre le chocolat au bain marie. Concassez les gavottes. Lorsque le chocolat et bien fondu, ajoutez les gavottes et mélangez.
Tartinez le disque de dacquoise avec cette préparation au chocolat.
Réservez la dacquoise recouverte du croustillant au chocolat au frigo

- La mousse Framboise

Ensuite, on prépare la mouse :

330 g de purée de framboise
400 mL de crème fraîche à 35% m;g
5 feuilles de gélatine
100 g de sucre


Commencez par faire ramollir la gélatine en la plongeant dans un bol d'eau froide.

Dans une casserole, mélangez la purée de framboise avec le sucre. Faites chauffer sur feu moyen en remuant de temps en temps. Lorsque la préparation commence à frémir, retirez du feu et incorporez les feuilles de gélatine essorées au préalable.
Laissez refroidir.

Montez la crème en chantilly bien ferme
(petit conseil : la crème doit être bien froide et je place bol et fouet au congélateur un peu avant de réaliser cette étape)

Incorporez très délicatement et petit à petit la préparation framboise/gélatine. Cette dernière ne doit pas être trop chaude pour éviter de "casser" la chantilly.


Le montage


Le montage se fait à l'envers !!!

J'utilise une blanche à découper en plastique sur laquelle je dépose un exopat. Sur ce dernier, je dépose un cercle à pâtisserie (22 cm de diamètre, 5 cm de haut) chemisé de rhodoïde (plus facile pour le démoulage).

Coulez d'abord la mousse au 2/3 de la hauteur.

Démoulez l'insert aux framboises congelé et posez-le par dessus la mousse. Enfoncez-le légèrement.

Recouvrez avec le reste de la mousse.

Enfin, déposez la dacquoise, face chocolatée dans la mousse, bien au centre. Enfoncez-la légèrement.

Réservez le tout au surgélateur au minimum 12 heures.
 

- Le glaçage miroir blanc


Le jour même,

100 g de sucre
45 g d'eau
100 g de sirop de glucose
75 g de lait concentré non sucré
100 g de chocolat blanc
7 g de gélatine
colorant rose irisé

Faites ramollir la gélatine dans un bol d'eau froide.

Pendant ce temps, dans une petite casserole, versez l'eau, le sucre, le glucose. Chauffez jusque 102°C. Versez sur le chocolat blanc. Mélangez. Ajoutez ensuite le lait concentré, le colorant et la gélatine essorée. Lissez longuement le tout avec un mixeur plongeur au moins deux bonnes minutes en laissant bien le mixeur au fond du récipient pour éviter la formation de bulles.
Laissez tiédir. Contrôlez la température. Cette préparation est prête à être coulée lorsque la température est de +/- 35°C.

Démoulez l'entremet et déposez-le sur une grille et enlevez délicatement le rhodoïde. Faites coulez le glaçage uniformément sur le tout.


Une fois cette étape terminée, transférer sur le plat de service et décorer avec quelques framboises et des amandes effilées grillées

Laissez dégeler au frigo 6 à 8 heures.

Émerveillez vos convives et bonne dégustation !

Petite photo de coupe prise à l'arrache...


dimanche 23 avril 2017

Cake chocolat blanc/spéculoos

Vous m'avez manqué... mon blog m'a manqué. Difficile d'expliquer pourquoi j'ai laissé passer autant de temps... ce fichu temps qui file ! C'est un peu embrouillé dans ma tête... J'ai un peu de vague à l'âme et mes sentiments se sont alignés à la mauvaise météo de ces derniers jours...

Le blog... je me demande souvent si il y a quelqu'un pour lire tout ça, pour refaire mes recettes. Fichus doutes qui trottent dans ma tête ! Il y a quelques mois, j'étais terriblement en colère à la lecture d'un article sur un autre blog. Il énumérait les différences entre bons blogs et mauvais blogs, conseillant les boîtes de Com à sélectionner l'un plutôt que l'autre, transformant le blogging en vaste affaire commerciale. J'y ai trouvé des termes que je ne connaissais même pas et certains chiffres m'ont fait tourner la tête.  N'ayant jamais fait attention à tout cela, étant par conséquent une mauvaise élève, mon blog est-il un blog ?  Suis-je une bloggueuse ? J'avoue avoir bien du mal avec ce genre d'écrits, ayant difficile à décoder tout ça.   Un blog, c'est avant tout une histoire de partage, que ce soit ses humeurs, ses photos de vacances, un conseil sur un chouette resto, ou une recette. C'est une histoire de temps (le revoilà celui-là), court ou long, passer derrière un écran par plaisir et non dans l'espoir d'une quelconque rénumération. Il y a quelques jours, j'ai reçu un commentaire sur une de mes recettes qui datait de 2013... Oui, je suis suivie même si les commentaires sont rares... Oui, on refait mes recettes. C'est cela qui me booste !!! Peut-être est-ce une personne de passage qui a trouvé un plat à son goût... N'est-ce pas cela qui compte ? Et pour un qui laisse un commentaire, il y en a peut-être plein d'autres qui ne le font pas. Je n'ai peut-être pas une foule d'admirateurs, mon compteur de fans sur Facebook n'explose pas mais comme je m'en fous ! Je ne tiens pas à publier plusieurs fois par semaine, ni plusieurs fois par mois, pas parce que je suis une "mauvaise bloggueuse", pas parce que je ne suis pas passionnée par la cuisine mais parce que je travaille dans un labo 8 heures par jour, que je passe facilement 1 heure dans la voiture au matin comme au soir, parce que je suis maman de deux garçons, que je dois corriger les devoirs, réciter les leçons, éventuellement jouer avec eux, leur raconter une histoire pour s'endormir le soir, parce que le ménage ne se fait pas encore tout seul, ni le jardinage d'ailleurs et parce que je tiens à profiter un peu de la vie avec ma famille, parce que mon blog, c'est avant tout un peu de moi, moi qui doit grapiller du temps par ci par là... Je n'ai pas envie d'être réduite au nombre de recettes que j'écris par semaine, ou à ma capacité à fidéliser des lecteurs. Je tiens juste à émerveiller d'autres papilles que les miennes, une fois, deux fois, dix fois, peu importe...

Aaah ! Grand besoin de réconfort, de douceur et de gourmandise... Comme d'hab, je m'évade sur le blog d'Isa. Elle me tente et je craque.
Envie de cuisiner avec mes enfants et pour mes enfants, une recette simple, promesse d'un bon goûter...





Ingrédients
(pour un moule de 20 cm de diamètre en forme de couronne)

30 g de sucre
3 œufs
60 g de farine fermentante
3 petits suisses
150 g de  spéculoos
195 g de calets de chocolat blanc
45 g de beurre salé
1 noix de beurre pour le moule

Concassez grossièrement les spéculoos à l'aide d'un pilon. Réservez

Au bain marie, faites fondre le chocolat blanc avec le beurre. lorsque ceux-ci sont fondus, mélangez bien le tout.

Beurre

Préchauffez le four à 180°C.

Dans un bol, fouettez les œufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse et double en volume. Ajoutez la farine et les petits suisses. Fouettez à nouveau. Ajoutez le mélange chocolat blanc/beurre fondu à la préparation. Mélangez à nouveau vigoureusement pour obtenir un appareil bien lisse. Terminez par les brisures de spéculoos, puis mélangez une toute dernière fois.

Versez la pâte dans le moule beurré. Enfournez pour 25 minutes.

A la sortie du four, attendez une dizaine de minute avant de démouler. Laissez refroidir avant de déguster.

samedi 4 mars 2017

Soupe épicée au butternut & lait de coco... une dernière soupe pour terminer l'hiver !

Encore un week-end gris et pluvieux... et une veine tentative de balade familiale dans le domaine provinciale d'Huizingen entre deux averses. Les premiers signes d'un proche renouveau sont partout dans le parc mais le vent  refroidit nos mains et nos oreilles et de temps en temps une fine pluie nous glace jusqu'aux os.  Alors on rentre à la maison cherchant chaleur et réconfort. Et pourquoi pas une soupe pour se réconcilier avec l'hiver ??? Elle est à la fois douce et épicée, parfaite pour nous réchauffer de l'intérieur. 

(recette de Donal Skehan - Eat Live Go)



Ingrédients

1 kg de butternut
3 oignons rouges
quelques branches de thym frais
huile d'olive
500 mL de bouillon de légume
400 g de lait de coco
1 à 2 càc de Piment concassé selon les goûts
fleur de sel et poivre noir du moulin

Pour décorer au moment de servir (optionnel)
quelques graines de courge 
une pincée de piment concassé
un trait de lait de coco

Préchauffez le four à 220°C .
Pelez  la butternut et éliminez les pépins. Coupez la chair en cubes de 2 à 3 cm de côté environ.
 
 Posez les cubes de butternut sur un plat allant au four. Arrosez-les avec un filet d'huile d'olive et effeuillez 3 à 4 branches de thym par dessus. Déposez le restant des branches de thym dans le plat. Enfournez pour 45 minutes.
Pelez et hachez  les oignons rouges.

Dans une casserole chauffée à feu moyen à fort, versez un filet d'huile. Déposéz les oignons rouges hachés. Saupoudrez de piment concassé. Faites revenir quelques minutes en remuant de temps en temps. Quand les oignons sont bien tendres, ajoutez les cubes de butternut roti après avoir éliminer les branches de thym. Remuez. Versez le bouillon de légume et allongez avec le lait de coco. Poursuivez la cuisson 5 minutes encore. Mixez la soupe à l'aide d'un mixeur plongeur. Assaisonnez avec une belle pincée de fleur de sel et du poivre noir. Remixez.

Servez bien chaud. Ajoutez éventuellement quelques graines de courge pour un peu de "crack", saupoudrez d'un peu de piment concassé et versez un trait de lait de coco juste avant le service. Il n'y a plus qu'à déguster !

dimanche 15 janvier 2017

Cookies Rice Krispies®

Ce week-end, la neige s'est invitée en Belgique. C'est donc un temps à rester bien au chaud chez soi, à cocooner bien gentiment. Pour une fois, je n'ai pas passé mon samedi à courir dans tous les sens. Les courses étant faites et n'ayant rien de prévu, j'ai décidé de paresser à la maison ! Carrément ! Et je n'ai même pas honte ! 
Quand je dis paresser... je ne suis quand même pas restée tout mon samedi dans mon fauteil à regarder tomber la neige. J'ai cuisiné avec les garçons ! Ce week-end calme tombait  juste à pic pour tester une recette de cookies car dans quelques jours, c'est bibi qui apporte le goûter pour tous les petits copains de la classe de Nathan. Dans cette école, le principe des goûters chez les maternelles est plutôt sympa : chaque jour, un des enfants apporte pour toute la classe de quoi grignoter à 10h. Mais pas n'importe quoi. Pour chaque jour, il y a un thème... Alors si les légumes, les fruits, ou les produits laitiers m'inspirent toujours très vite, les céréales un peu moins. Mais cette fois, pas moyen de me débiner : soit j'apporte des boîtes de céréales, c'est simple, rapide et je me casse pas la tête (mais tu me connais, j'en ai pas envie)... soit je trouve un truc sympa à cuisiner et que des enfants de 3 à 5 ans vont dévorer... Pourquoi pas des cookies... Merci ma "Bible des gourmandises new-yokaises" ! Des cookies au Rice Crispies®. Thème respecté mais produit transformé !Pas mal !
Reste l'épreuve ultime avant la validation : la bouche de Nathan, 4 ans !  Et un cookies s'y engouffre aisément. Pas de jérémiade... un petit sourire de contentement. Et en voilà un deuxième de croqué et déjà un troisième dans la main. Oufff ! Cookies testé et validé ! En espérant que  tous les autres petits lutins aiment aussi...



Ingrédients (pour 25 à 30 cookies)

110 g de beurre
110 g de sucre
1 sachet de sucre vanillé (10 g)
1 oeuf
160 g de farine
6 g de levure chimique (baking powder)
1 pincée de sel
100 g de pépites de chocolat
50 g de Rice Crispies®

Dans un bol, mélangez la farine, la levure chimique et la pincée de sel. Réservez.

Dans un autre bol (ou le bol de votre robot muni de la feuille), cremez le beurre avec le sucre et le sucre vanillé. Ajoutez ensuite l'oeuf. Mélangez.

Incorporez le mélange farine/levure/sel. (si tu utilises le robot, verse tout en une seul fois). Continuez à mélanger pour obtenir une pâte bien homogène. Ajoutez les pépites de chocolat. Remélangez.

Versez les Rice Crispies®. Mélangez délicatement avec vos mains pour ne pas écraser les céréales.

Préchauffez le four à 180°C.

Formez des boules  de pâte, toujours délicatement. Déposez sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé. Espacez bien les boules car elles vont s'étaler sous l'effet de la chaleur.
Enfournez pour 10 minutes.

Après la sortie du four, laissez encore les cookies sur la plaque 2 minutes pour qu'ils durcissent puis transfèrez-les sur une grille pour qu'ils refroidissent.

Il n'y a plus qu'à déguster ou conservez-les dans une boîte en fer...

dimanche 8 janvier 2017

Pâtes à la vodka

Tout d'abord, je te souhaite une belle et heureuse année 2017 !
Pour moi, elle a bien commencé... avec un petit break d'une semaine : profiter de la douceur de la maison, être avec mes enfants et mon mari, avoir même l'occasion de faire un peu les soldes sans stress, sans énervement (Étonnant !), bouquinner, jouer,... bref respirer !
Malheureusement, je ne sais toujours pas arrêter le temps et dans quelques jours, le sempiternel "auto-boulot-dodo" va reprendre : le réveil qui sonne à 5h du mat, la course aux tartines pour les picnics des enfants, les embouteillages interminables et ce foutu chantier à Groenendal, le labo, le labo, le labo, retour dans les embouteillages et toujours ce fichu chantier, et enfin la question qui dérange, posée tous les jours plus ou moins à la même heure et qui a le don de m'agacer au plus haut point : "qu'est-ce qu'on mange ?"!!!
Oui, qu'est-ce qu'on mange quand on a pas le temps ??? Et bien des pâtes à la vodka... Et là tu te demandes dans quoi je t'embarque. Et bien non, je n'ai pas l'intention de te soûler à coup de sauce tomate. Toujours à la recherche de recettes vite faites pour les jours de semaine, et parce que je répugne à tomber dans la facilité des plats tout préparés, j'ai découvert la cuisine de Donal Skehan pendant les vacances. Si tu ne connais pas, je peux te dire que ce petit monsieur, c'est un peu un "Jamie Oliver" mais version irlandaise. Alors j'ai pris la première recette qui passait devant moi sur sa chaîne YouTube et j'ai cuisiné. Et alors ces pâtes ??? Et bien top, mon ami ! Facile, vite fait, et une sauce à tomber !!! 
Pour la cure Detox d'après fête, c'est pas encore ça... J'avoue !!!



Ingrédients (pour 4 personnes)

350 g de pennes ou de rigatonis
125 g de pancetta (*)
25 g de beurre
60 mL de vodka
quelques flocons de chili en poudre
3 càs de concentré de tomates 
200 mL de crème fraîche (si possible semi épaisse)
Parmigiano reggiano
persil plat
sel, poivre du moulin

(*)Demandez à votre charcutier de vous couper des tranches de pancetta d'environ 1 cm d'épaisseur.  Ce sera bien meilleur que la pancetta déjà pré-découpée en petits lardons et conditionnée sous vide. 


Faites chauffer une casserole d'eau et suivez les instructions de votre paquet pour la cuisson des pâtes.

Pendant ce temps, coupez la pancetta en lanières (pas trop fines). 
Faites chauffer une poêle à feu vif. Faites-y fondre le beurre. Ajoutez les lanières de pancetta et faites-les dorer. Réduisez un peu le feu. Saupoudrez d'un peu de chili en poudre. Remuez.
Lorsque la pancetta a pris de belles couleurs, Versez la vodka. Attendre une minute avant d'ajouter les 3 cuillères à soupe de concentré de tomate. Mélangez bien. Incorporez ensuite la crème. Mélangez à nouveau et laissez mijoter sur feu doux.

Râpez un peu le parmesan et ciselez le persil plat

Ajoutez les pâtes (préalablement égouttées) et mélangez  pour que la sauce enrobe toutes les pâtes. Saupoudrez d'une partie du parmesan et du persil plat. Remélangez une dernière fois. Servez aussitôt et finissez le service en saupoudrant les assiettes du reste de parmesan et de persil plat.

Vous pouvez accompagner d'une petite salade de roquette agrémentée de copeaux de parmesan.