samedi 4 mars 2017

Soupe épicée au butternut & lait de coco... une dernière soupe pour terminer l'hiver !

Encore un week-end gris et pluvieux... et une veine tentative de balade familiale dans le domaine provinciale d'Huizingen entre deux averses. Les premiers signes d'un proche renouveau sont partout dans le parc mais le vent  refroidit nos mains et nos oreilles et de temps en temps une fine pluie nous glace jusqu'aux os.  Alors on rentre à la maison cherchant chaleur et réconfort. Et pourquoi pas une soupe pour se réconcilier avec l'hiver ??? Elle est à la fois douce et épicée, parfaite pour nous réchauffer de l'intérieur. 

(recette de Donal Skehan - Eat Live Go)



Ingrédients

1 kg de butternut
3 oignons rouges
quelques branches de thym frais
huile d'olive
500 mL de bouillon de légume
400 g de lait de coco
1 à 2 càc de Piment concassé selon les goûts
fleur de sel et poivre noir du moulin

Pour décorer au moment de servir (optionnel)
quelques graines de courge 
une pincée de piment concassé
un trait de lait de coco

Préchauffez le four à 220°C .
Pelez  la butternut et éliminez les pépins. Coupez la chair en cubes de 2 à 3 cm de côté environ.
 
 Posez les cubes de butternut sur un plat allant au four. Arrosez-les avec un filet d'huile d'olive et effeuillez 3 à 4 branches de thym par dessus. Déposez le restant des branches de thym dans le plat. Enfournez pour 45 minutes.
Pelez et hachez  les oignons rouges.

Dans une casserole chauffée à feu moyen à fort, versez un filet d'huile. Déposéz les oignons rouges hachés. Saupoudrez de piment concassé. Faites revenir quelques minutes en remuant de temps en temps. Quand les oignons sont bien tendres, ajoutez les cubes de butternut roti après avoir éliminer les branches de thym. Remuez. Versez le bouillon de légume et allongez avec le lait de coco. Poursuivez la cuisson 5 minutes encore. Mixez la soupe à l'aide d'un mixeur plongeur. Assaisonnez avec une belle pincée de fleur de sel et du poivre noir. Remixez.

Servez bien chaud. Ajoutez éventuellement quelques graines de courge pour un peu de "crack", saupoudrez d'un peu de piment concassé et versez un trait de lait de coco juste avant le service. Il n'y a plus qu'à déguster !

dimanche 15 janvier 2017

Cookies Rice Krispies®

Ce week-end, la neige s'est invitée en Belgique. C'est donc un temps à rester bien au chaud chez soi, à cocooner bien gentiment. Pour une fois, je n'ai pas passé mon samedi à courir dans tous les sens. Les courses étant faites et n'ayant rien de prévu, j'ai décidé de paresser à la maison ! Carrément ! Et je n'ai même pas honte ! 
Quand je dis paresser... je ne suis quand même pas restée tout mon samedi dans mon fauteil à regarder tomber la neige. J'ai cuisiné avec les garçons ! Ce week-end calme tombait  juste à pic pour tester une recette de cookies car dans quelques jours, c'est bibi qui apporte le goûter pour tous les petits copains de la classe de Nathan. Dans cette école, le principe des goûters chez les maternelles est plutôt sympa : chaque jour, un des enfants apporte pour toute la classe de quoi grignoter à 10h. Mais pas n'importe quoi. Pour chaque jour, il y a un thème... Alors si les légumes, les fruits, ou les produits laitiers m'inspirent toujours très vite, les céréales un peu moins. Mais cette fois, pas moyen de me débiner : soit j'apporte des boîtes de céréales, c'est simple, rapide et je me casse pas la tête (mais tu me connais, j'en ai pas envie)... soit je trouve un truc sympa à cuisiner et que des enfants de 3 à 5 ans vont dévorer... Pourquoi pas des cookies... Merci ma "Bible des gourmandises new-yokaises" ! Des cookies au Rice Crispies®. Thème respecté mais produit transformé !Pas mal !
Reste l'épreuve ultime avant la validation : la bouche de Nathan, 4 ans !  Et un cookies s'y engouffre aisément. Pas de jérémiade... un petit sourire de contentement. Et en voilà un deuxième de croqué et déjà un troisième dans la main. Oufff ! Cookies testé et validé ! En espérant que  tous les autres petits lutins aiment aussi...



Ingrédients (pour 25 à 30 cookies)

110 g de beurre
110 g de sucre
1 sachet de sucre vanillé (10 g)
1 oeuf
160 g de farine
6 g de levure chimique (baking powder)
1 pincée de sel
100 g de pépites de chocolat
50 g de Rice Crispies®

Dans un bol, mélangez la farine, la levure chimique et la pincée de sel. Réservez.

Dans un autre bol (ou le bol de votre robot muni de la feuille), cremez le beurre avec le sucre et le sucre vanillé. Ajoutez ensuite l'oeuf. Mélangez.

Incorporez le mélange farine/levure/sel. (si tu utilises le robot, verse tout en une seul fois). Continuez à mélanger pour obtenir une pâte bien homogène. Ajoutez les pépites de chocolat. Remélangez.

Versez les Rice Crispies®. Mélangez délicatement avec vos mains pour ne pas écraser les céréales.

Préchauffez le four à 180°C.

Formez des boules  de pâte, toujours délicatement. Déposez sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé. Espacez bien les boules car elles vont s'étaler sous l'effet de la chaleur.
Enfournez pour 10 minutes.

Après la sortie du four, laissez encore les cookies sur la plaque 2 minutes pour qu'ils durcissent puis transfèrez-les sur une grille pour qu'ils refroidissent.

Il n'y a plus qu'à déguster ou conservez-les dans une boîte en fer...

dimanche 8 janvier 2017

Pâtes à la vodka

Tout d'abord, je te souhaite une belle et heureuse année 2017 !
Pour moi, elle a bien commencé... avec un petit break d'une semaine : profiter de la douceur de la maison, être avec mes enfants et mon mari, avoir même l'occasion de faire un peu les soldes sans stress, sans énervement (Étonnant !), bouquinner, jouer,... bref respirer !
Malheureusement, je ne sais toujours pas arrêter le temps et dans quelques jours, le sempiternel "auto-boulot-dodo" va reprendre : le réveil qui sonne à 5h du mat, la course aux tartines pour les picnics des enfants, les embouteillages interminables et ce foutu chantier à Groenendal, le labo, le labo, le labo, retour dans les embouteillages et toujours ce fichu chantier, et enfin la question qui dérange, posée tous les jours plus ou moins à la même heure et qui a le don de m'agacer au plus haut point : "qu'est-ce qu'on mange ?"!!!
Oui, qu'est-ce qu'on mange quand on a pas le temps ??? Et bien des pâtes à la vodka... Et là tu te demandes dans quoi je t'embarque. Et bien non, je n'ai pas l'intention de te soûler à coup de sauce tomate. Toujours à la recherche de recettes vite faites pour les jours de semaine, et parce que je répugne à tomber dans la facilité des plats tout préparés, j'ai découvert la cuisine de Donal Skehan pendant les vacances. Si tu ne connais pas, je peux te dire que ce petit monsieur, c'est un peu un "Jamie Oliver" mais version irlandaise. Alors j'ai pris la première recette qui passait devant moi sur sa chaîne YouTube et j'ai cuisiné. Et alors ces pâtes ??? Et bien top, mon ami ! Facile, vite fait, et une sauce à tomber !!! 
Pour la cure Detox d'après fête, c'est pas encore ça... J'avoue !!!



Ingrédients (pour 4 personnes)

350 g de pennes ou de rigatonis
125 g de pancetta (*)
25 g de beurre
60 mL de vodka
quelques flocons de chili en poudre
3 càs de concentré de tomates 
200 mL de crème fraîche (si possible semi épaisse)
Parmigiano reggiano
persil plat
sel, poivre du moulin

(*)Demandez à votre charcutier de vous couper des tranches de pancetta d'environ 1 cm d'épaisseur.  Ce sera bien meilleur que la pancetta déjà pré-découpée en petits lardons et conditionnée sous vide. 


Faites chauffer une casserole d'eau et suivez les instructions de votre paquet pour la cuisson des pâtes.

Pendant ce temps, coupez la pancetta en lanières (pas trop fines). 
Faites chauffer une poêle à feu vif. Faites-y fondre le beurre. Ajoutez les lanières de pancetta et faites-les dorer. Réduisez un peu le feu. Saupoudrez d'un peu de chili en poudre. Remuez.
Lorsque la pancetta a pris de belles couleurs, Versez la vodka. Attendre une minute avant d'ajouter les 3 cuillères à soupe de concentré de tomate. Mélangez bien. Incorporez ensuite la crème. Mélangez à nouveau et laissez mijoter sur feu doux.

Râpez un peu le parmesan et ciselez le persil plat

Ajoutez les pâtes (préalablement égouttées) et mélangez  pour que la sauce enrobe toutes les pâtes. Saupoudrez d'une partie du parmesan et du persil plat. Remélangez une dernière fois. Servez aussitôt et finissez le service en saupoudrant les assiettes du reste de parmesan et de persil plat.

Vous pouvez accompagner d'une petite salade de roquette agrémentée de copeaux de parmesan.

mardi 20 décembre 2016

Bûche praliné/coeur à la mousse de chocolat au lait : "Maman, tu me fais un bûche avec ta mousse au chocolat dedans... !"








Bientôt Noël ! Est-ce que comme moi, tu es méga en retard  pour les cadeaux ? Chaque année, je m'y prends toujours à la dernière minute. La course aux jouets, le bain de foule dans les magasins... Où est l'image idyllique des petites ballades hivernales, et les petites dégustations de vin chaud... D'ailleurs, il faudra que je te parle du "caribou" un de ces jours... Aaaah ! Noël ! Et ses petites traditions culinaires bien évidemment... comme la bûche, incontournable dessert du 25 décembre. Ouf ! Le menu du réveillon est déjà dans ma tête depuis belle lurette. Cette année, j'ai laissé carte blanche à mon fils aîné pour le choix des saveurs. Il m'a dit : "tu sais maman, j'aime bien ta mousse au chocolat, alors je veux une bûche avec ça à l'intérieur". Bon ! Bon ! Bon ! Le coeur de la bûche sera donc une mousse de chocolat au lait... J'aurait dû m'en douter ! Après tout, c'est un dessert que je cuisine très souvent pour les enfants et que moi même j'affectionne beaucoup. Pour le glaçage, cela va de soi : au chocolat bien évidemment et "miroir"pour que ce soit joli (toujours ma grande crainte, cette étape ultime !). Entre les deux, je voulais autre chose que du chocolat... Alors après de grands conciliabules avec mon fils et une cuillère à café de pâte de noisette dans la bouche plus tard, c'est une mousse pralinée qui enrobera le coeur.

J'avoue ne pas être une grande fan de ce type de saveurs après un repas copieux comme celui d'un réveillon. Je préfère des entremets aux fruits, surtout s'il y a du fruits de la passion. Je n'y résiste tout simplement pas... Mais Noël, c'est surtout faire plaisir aux enfants. Grâce à la mousse pralinée que j'ai dénichée chez ma copinaute Isa, cette bûche reste légère et pas trop sucrée. Pour moi, elle reste parfaite pour un goûter du 16h du 25 décembre en famille, un peu moins pour passer après la dinde aux marrons... mais c'est juste une question de goût ! Mon fils est content, c'est l'essentiel. 

Courage si comme moi tu cours encore entre les cadeaux et les courses pour les repas de fête. Amuse-toi à cuisiner surtout ! Et pour tout le monde, profitez d'un joyeux Noël !




Je vous donne le déroulement et les ingrédients étape par étape
Pour un moule gouttière flexible de 25x8,5 cm ; 6,5 cm de hauteur)
Prévoir la réalisation 48 heures à l'avance au minimum !

- Pour l'insert à la mousse de chocolat au lait (l'avant veille)

Ingrédients

100 g de chocolat au lait
1 noisette de beurre
2 oeufs
1 feuille de gélatine (2g)
1 pincée de sel

Plongez la feuille de gélatine dans un grand bol d'eau froide.

Cassez le chocolat en petits morceaux et faites le fondre au bain marie. Ajoutez-y une noisette de beurre.
Pendant ce temps séparez le blanc des jaunes d'oeufs.
Lorsque le chocolat et le beurre sont complètement fondu, enlevez le bol du bain marie et ajoutez la feuille de gélatine essorée. Mélangez bien.

Ajoutez les jaunes d'oeufs au chocolat et mélangez à nouveau. Laissez tiédir.

Déposez une toute petite pincée de sel dans le blanc d'oeuf. Montez-le en neige bien ferme à l'aide d'un batteur électrique. Incorporez les blancs en neige délicatement dans la préparation au chocolat.
Couler la préparation dans le moule gouttière. Bloquez au surgélateur. Lorsque l'insert est congelé, démoulez délicatement, emballez-le dans du film étirable et réservez au surgélateur.



- La dacquoise aux noisettes et le croustillant au chocolat (la veille)

Ingrédients 

100g de blancs d’oeufs
60g de sucre 
75g de poudre de noisette
15g de maïzena
50g de chocolat noir culinaire
30 g de brisures gavottes


Préchauffer le four à 170°C 
Recouvrez la plaque de votre four avec du papier sulfurisé

À l'aide d'un batteur électrique, battre les blancs en neige avec le sucre. Lorsqu'ils sont bien fermes, ajoutez délicatement la fécule tamisée et la poudre de noisette, Mélanger avec une maryse. Coulez sur la plaque, Lissez et enfournez pour 17 minutes. 

Laissez refroidir. Ensuite découpez un rectangle aux dimensions suivantes : 7,5x24cm.

Faites fondre le chocolatnoir au bain marie.  Lorsque le chocolat est fondu, versez les brisures de gavottes et mélangez. Tartinez toute la surface du rectangle de dacquoise, réserver au frigo.


- La mousse pralinée (la veille)


Ingrédients 

150 g de pâte de noisette
300 mL de lait entier
50g de jaunes d'oeufs
3 et 1/2 feuilles de gélatine (7g)
300 mL de crème liquide à 40% m.g.

Faites ramollir la gélatine  dans un bol d’eau bien froide.  

Dans un poêlon, faites chauffer le lait et les jaunes d'oeufs en remuant sans cesse  jusqu'à épaississement. Ne surtout pas laisser bouillir et retirez du feu une fois que la préparation est bien nappante.


Hors du feu, ajoutez la pâte de noisette et la gélatine essorée. Mélangez et lissez le tout avec un mixeur plongeur. Laissez refroidir

Montez la crème à l'aide d'un fouet électrique. Incorporez cette dernière à la préparation vanille/chocolat blanc. Travaillez délicatement avec une maryse pour mélanger et homogéneiser la préparation.

Fouettez la crème fraîche en chantilly au batteur électrique. Fouettez légèrement la préparation pralinée.
Incorporez délicatement la chantilly à la crème de noisette à l'aide d'une maryse.



- La montage (la veille)


Le montage se fait à l'envers...

Coulez la mousse pralinée au 2/3 de la hauteur du moule. Posez l'insert chocolat sur la mousse pralinée et enfoncez-le délicatement dans la mousse. Recouvrez avec le reste de mousse pralinée. Enfin posez la dacquoise, face chocolat contre la mousse. Placez le tout au congélateur pendant 12h au minimum

- Le glaçage miroir au chocolat 


Le jour même, on aborde l'étape la plus délicate : le glaçage qui fera tout le visuel de  votre bûche. Je vous mets pas la pression. Plus on en fait, plus on s'améliore (c'est en forgeant qu'on devient forgeron). On reste zen !!

140 g de sucre semoule
85 g d'eau
50 g de sirop de glucose
50 g de cacao tamisé
130 g de crème liquide (35% m.g.)
4 feuilles de gélatine

Faites ramollir la gélatine dans un bol d'eau froide.

Pendant ce temps, dans une petite casserole, versez l'eau, le sucre, le glucose et la crème. Portez à ébullition pendant 1 minute. Ajoutez ensuite le cacao tamisé. Mélangez. Ajoutez également la gélatine essorée.  Lissez cette préparation avec un mixeur plongeur.

Laissez tiédir. Contrôlez la température. Cette préparation est prête à être coulée lorsque la température est de +/- 35°C.

Démoulez la bûche et déposez-la sur une grille. Faites coulez le glaçage uniformément sur le tout.
Une fois cette étape terminée, transferer sur le plat de service et décorer.

Laissez dégeler au frigo 6 à 8 heures ou 2h à température ambiamte.

Je t'ajoute une petite photo de coupe, un peu prise à l'arrache :


Emerveillez vos convives au réveillon !
Joyeux Noël les gourmands !

dimanche 30 octobre 2016

Muffins au Potiron & Chocolat

Et toi, gentille sorcière...
qui te cache dans ta chaumière,
que prépare-tu dans ton chaudron ???
N'est-ce pas une douceur au potiron ?!?

J'avais déjà dans mon grimoire, la délicieuse recette de muffins au noix et au potiron, mais cette année, je voulais un petit cake plus léger et où la saveur du potiron ne serait pas masquée par le goût des noix... Il suffisait d'un petit coup de baguette magique, de modifier une incantation déjà éprouvée de maintes fois... Abracadabra ! Et voilà !



Ingrédients (pour 12 à 14 muffins)

100 g de sucre
125 g de farine (anglaise McDougalls ou Francine fluide)
4 oeufs
1 càs de lait entier
125 g de beurre ramolli
1 sachet de levure chimique (11 g)
une pincée de sel
100 g de potiron
100 g de pépites de chocolat noir
quelques chunks de chocolat noir pour le dessus du muffins (ou glaçage et autres décors en sucre sur le thème d'Halloween,...)


Préchauffez le four à 180°C
Vous pouvez réalisez cette recette avec votre robot muni du fouet ou travaillez la pâte à l'aide d'un batteur électrique pour qu'elle soit plus légère).

Râpez le potiron. Réservez.
Mélangez la farine avec la levure chimique. Tamisez le tout dans un autre bol. Réservez.
Cassez les oeufs et séparez les blancs des jaunes. Réservez les blancs et versez les jaunes dans un grand bol. Ajoutez le sucre et fouettez vigoureusement. Ajoutez le beurre. Fouettez. Ajoutez une cuillère à soupe de lait. Fouettez.
Incorporez petit à petit le mélange farine/levure. 
Ajoutez le potiron râpé. Mélangez de telle manière à obtenir une pâte homogène.
Dans un autre bol, versez les blancs d'oeufs et ajoutez une petite pincée de sel. Montez les blancs d'oeufs en neige et ajoutez-les à la pâte au potiron petit à petit. Pour cette étape, choisissez la plus petite vitesse de votre robot ou travaillez à la main avec l'aide d'un fouet.
Ajoutez les pépites de chocolat. Mélangez une dernière fois délicatement.
Déposez une caissette en papier dans un moule à muffins. Remplissez de pâte au 3/4.  Enfournez pour 20 minutes.
Si vous voulez ajouter quelques chunks de chocolat, déposez-les sur la surface des muffins à mi-cuisson. Cela évitera au chocolat de s'enfoncer à l'intérieur du muffin.
Démoulez les muffins dès la sortie du four.
Laissez les muffins refroidir sur une grille. 
Si vous n'avez pas de chunks, vous pouvez décorer avec un fondant blanc (coloré en orange pour rester dans le thème) ou un glaçage au chocolat. 

Laissez vos petits monstres déguster... Joyeux Halloween !!!

samedi 22 octobre 2016

Gâteau vanille/cassis/dacquoise aux noisettes/glaçage miroir au chocolat

Je suis une gourmande et j'adore les gâteaux pour peu qu'ils soient tout légers. Si tu m'avais dit un jour que je serais capable de réaliser un entremet à la mousse vanille si légère au milieu de laquelle un insert fruité vient surprendre les papilles, le tout recouvert d'un fin glaçage au chocolat, je ne t'aurais jamais, je dit bien jamais, cru. La pâtisserie, c'est difficile. Alors je te réponds oui et non ! C'est vrai, par rapport à la cuisine, elle demande un peu plus de rigueur et surtout, beaucoup de patience. Car chaque étape pour réaliser un tel gâteau n'est pas difficile en soi. C'est certe un peu long, tu vas utiliser une tonne de vaisselle, et ta cuisine ressemblera à un véritable champs de bataille surtout la première fois (après on s'organise...). Il y aura des ratés, non pas temps par le goût mais c'est bien souvent le visuel qui pêche... Car le plus frustrant c'est que tout se joue dans une ultime étape. Louper le décor du gâteau après des heures de travail, c'est parfois démoralisant...

Alors, j'espère que tu n'as pas encore tourné les talons (ou plutôt changé de page internet...)... Tu a envie de te lancer ??? De faire dire "Waouh!" à tes invités au premier regard et "mmmhhh! c'est trop bon !" à la première bouchée ???


Je suis encore loin d'être parfaite. Je ne serai jamais Michalak ou Pierre Hermé. Je n'ai jamais pris de cours... Je te l'ai dit plus haut, la rigueur est importante et le fait d'avoir les bonnes proportions, c'est essentiel ! Les bonnes pesées, le bon déroulement de la recette et les conseils, je les trouvent toujours chez Isabelle. Elle est ma référence. C'est en la suivant que j'ai réalisé mes plus jolis gâteaux. 
Ensuite, il faut quand même un peu de matos ! Moules, cercles, mixeur plongeur, batteur (il ne faut pas forcément un robot ici), thermomètre de cuisine et définitivement une balance pour des pesées exactes. 

La patience, ça s'apprends. Du moins pour la cuisine... car la patience et moi, on n'est pas copines ! Je suis pire qu'une gosse... Les envies de démouler juste pour voir si tout va bien, tu oublies !!! La première fois que j'ai fait une bûche de Noël, j'ouvrais la porte de congélo toutes les heures comme si des jambes allaient lui pousser et qu'elle allait se barrer... Bon, tout ça pour te dire qu'il ne faut jamais brûler les étapes...

C'est couler le glaçage qui est toujours délicat. pour moi, c'est la seul difficulté dans ce type de recette. Et oui, avant de déguster et de savourer pleinement le goût, les saveurs et les textures d'un tel gâteau, on le mange d'abord bien souvent avec le yeux. Je me suis déjà plantée sur cette ultime étape mais le coup de main commence à venir. Le plus simple est toujours de commencer par s'exercer sur des gâteaux en forme de bombe. Mais je te rassure, il y a toujours moyen de cacher ses petites bévues
en décorant avec du chocolat, des fruits,...

Voilà, on se lance... Je te propose la recette du gâteau d'anniversaire de mon loulou pour ses 4 ans. Une dacquoise noisette, un insert cassis et une mousse vanille... Tenté ??? 



 Ici, je vous donne le déroulement et les ingrédients nécessaires étape par étape.

- L'insert gélifié au cassis


L'avant veille, on attaque la toute première étape : le coeur du gâteau.

250 g de purée de cassis
50 g de sucre
2 g d'agar agar (1 sachet)

Versez tous les ingrédients dans un poêlon et faites bouillir 2 minutes.
Laissez tiédir et coulez dans un petit moule en silicone de 18 cm. Bloquez au surgélateur.


- La dacquoise aux noisettes et croustillant au chocolat


les  deuxième, troisième et quatrième étapes se préparent la veille. On commence par la base du gâteau.

75 g de poudre de noisettes
100 g de blancs d'oeufs
60 g de sucre
15 g de maïzena

30 g de gavottes
50 g de chocolat noir culinaire

Préchauffez le four à 170°C

À l'aide de votre robot, battez les blancs d'oeufs avec le sucre pour obtenir une préparation bien ferme. Saupoudrez de maïzena tamisée et ajoutez la poudre de noisette. Mélangez le tout délicatement à l'aide d'une maryse.

Coulez la pâte sur plaque allant au four recouverte d'un papier sulfurisé. Lissez le dessus et enfournez pour 15 à 20 minutes (cela dépendra de votre four).

Laissez refroidir et découpez un disque de 20 cm de diamètre. Enlevez délicatement le papier sulfurisé. Déposez le disque sur une plaque, une planche ou une assiette que vous pourrez aisément rentrer dans votre frigo et sur laquelle vous déposez un exopat ou un nouveau morceau de papier sulfurisé.

Faites fondre le chocolat au bain marie. Concassez les gavottes. Lorsque le chocolat et bien fondu, ajoutez les gavottes et mélangez.
Tartinez le disque de dacquoise avec cette préparation au chocolat.
Réservez la dacquoise recouverte du croustillant au chocolat au frigo

- La mousse vanille


100 g de jaunes d'oeufs
15 g de sucre
1 gousse de vanille
130 g de lait
3 feuilles de gélatine
130 g de calets de chocolats blancs
400 g de crème fraîche 35% m.g.

Commencez par faire ramollir la gélatine en la plongeant dans un bol d'eau froide.

Dans un bol, fouettez les jaunes d'oeufs avec le sucre

Fendez la gousse en deux et récupérez-en les grains. Déposez-les dans un poêlon avec le lait. Ajoutez également la gousse. Portez à ébullition.
Eliminez la gousse et versez le lait bouillant en filet sur les oeufs sans cesser de fouetter. Remettez le tout dans le poêlon et replacez sur le feu. Faites épaissir la préparation. La crème doit être nappante. Attention, ne laissez pas bouillir cette préparation !

Une fois la crème épaissie, essorez la gélatine avec les mains et jetez-la dans la crème vanille hors du feu. Mélangez et versez sur le chocolat blanc. Laissez fondre une minute puis lissez le tout au mixeur plongeur.

Montez la crème fraîche en chantilly. Lorsqu'elle est ferme, incorporez-la à crème vanille/chocolat. très délicatement.

Le montage


Le montage se fait à l'envers !!!

J'utilise une blanche à découper en platique sur laquelle je dépose un exopat. Sur ce dernier, je dépose un cercle à pâtisserie (22 cm de diamètre, 5 cm de haut) chemisé de rhodoïde (plus facile pour le démoulage).

Coulez d'abord la mousse au 2/3 de la hauteur.

Démoulez l'insert cassis congelé et posez-le par dessus la mousse. Enfoncez-le légèrement.

Recouvrez avec le reste de la mousse.

Enfin, déposez la dacquoise, face chocolatée dans la mousse, bien au centre. Enfoncez-la légèrement.

Réservez le tout au surgélateur au minimum 12 heures.
 

- Le glaçage miroir au chocolat 


Le jour même, on aborde l'étape la plus délicate à mon sens. C'est bien entendu cette dernière qui fera tout le visuel du gâteau. Alors pas de panique !

140 g de sucre semoule
85 g d'eau
50 g de sirop de glucose
50 g de cacao tamisé
130 g de crème liquide (35% m.g.)
4 feuilles de gélatine

Faites ramollir la gélatine dans un bol d'eau froide.

Pendant ce temps, dans une petite casserole, versez l'eau, le sucre, le glucose et la crème. Portez à ébullition pendant 1 minute. Ajoutez ensuite le cacao tamisé. Mélangez. Ajoutez également la gélatine essorée.  Lissez cette préparation avec un mixeur plongeur.

Laissez tiédir. Contrôlez la température. Cette préparation est prête à être coulée lorsque la température est de +/- 35°C.

Démoulez l'entremet et déposez-le sur une grille et enlevez délicatement le rhodoïde. Faites coulez le glaçage uniformément sur le tout. (J'ai visionné la technique sur youtube).
Une fois cette étape terminée, transferer sur le plat de service et décorer.

Laissez dégeler au frigo 6 à 8 heures.

Emerveillez vos convives et bonne dégustation !

dimanche 25 septembre 2016

Découvrir ou redécouvrir le chou-rave dans une quiche...

La recette date un peu, d'avant l'été mais tu sais que le retard et moi sommes maintenant indissociables. Heureusement,  je suis encore dans les temps pour vous parler du chou-rave, sa saison allant de mars à novembre. Ouf ! Tu as encore deux mois pour refaire cette petite quiche si elle te tente...

Cela me laisse aussi l'occasion de te raconter une petite histoire...

Nous étions une dizaine...Moi et quelques collègues, nous nous sommes abonnés aux paniers "bio" d'un producteur local au début du printemps dernier. Nous étions tous emballés ! Je ne sais pas ce que les autres avaient dans leur tête mais moi j'imaginais bien les bons légumes dans ma cuisine. Pour un petit panier , c'était un peu plus de 10 euros/semaine. La plupart d'entre nous avions fait le choix de tester ce petit panier. Certains, plus hardis, n'ont pas hésité à prendre le panier moyen voir le grand.  Le tout livrable pour nous tous au labo, et puisque nous étions nombreux, grâcieusement s'il vous plaît (parce que sinon c'est payant)!
Moi, j'y suis carrément allée "tête baissée", sans prendre le temps de lire le descriptif, sans faire de comparaison avec un autre cultivateur.
Et puis ils sont arrivés, les tout premiers paniers. Et là... Patatra ! La déception ! 4 carottes, 2 poireaux, 1 chou pointu, 1 botte de persil (qui pour moi n'est pas un légume) et royalement 140 g de champignons de Paris ! N'hésite pas à me donner ton avis sur la question mais la plupart d'entre nous étions un peu sciés sur place. Moi je n'en menais pas large. Le soir à la maison, le regard de mon mari en disait long : "toi, tu t'es fait avoir... nanana !" Au moins dans l'histoire, je n'étais pas seule à déchanter.
Nous avons attendu le deuxième panier... et il ne fut pas mieux. Mon collègue qui s'était abonné au panier moyen était censé recevoir de la rhubarbe. Et il en a eu ! UNE tige ! Qu'est ce qu'on a rigolé au labo ce jour-là. Tu vois,  il n'y avait pas que du négatif avec ces paniers. Ils nous ont donné des fous rires à l'instar de cette histoire de rhubarbe et puis il y avait les échanges de recettes, les discussions sur les bons petits plats réalisés par les uns et les autres. Et il faut l'avouer, ces légumes étaient vachement bons. Oh oui ! Mais avec un sacré goût de trop peu... 140 g de champis pour deux (puisqu'un petit panier est normalement destiné pour 2 personnes), ça fait pas beaucoup dans l'assiette et avec trois petits chicons (presque des chiconettes) , on ne se fait pas un chicon gratin en tête à tête. Au bout de quatre paniers, la majorité d'entre nous s'est posée la question sur le rapport qualité-quantité/prix... Alors le bio oui, mais 'un peu plus de 10 euros pour à peine un kilo de légumes... ce fut un grand non !

Attention, je ne veux surtout pas que tu fasses d'amalgames ! J'aime beaucoup le concept mais je te conseille de prendre le temps de comparer. Une chose est sûre : point de vue goût, c'est top !
Quant à moi, je retourne sur les marchés en étant plus attentive aux producteurs locaux et en privilégiant leurs légumes. Et tout près de chez moi, il y a quelques fermes qui possèdent leur propre petite boutique. Je passe leur porte de temps en temps. Mais un "certain panier", c'est fini !

 Je te l'ai écris plus haut : il n'y a pas eu que du négatif comme découvrir ou redécouvrir certains légumes. Je n'ai pas l'habitude de cuisiner le chou-rave, drôle de petite boule blanche aux vertus aphrodisiaques à ce qu'il paraît !



Ingrédients

1 chou rave
1 poireau
1 oignon
250 mL de crème fraîche
150 mL de lait
150 g de fromage râpé
125 g de jambon
4 oeufs
1 pâte brisée du commerce
1 filet d'huile d'olive
1 pincée de paprika
sel et poivre du moulin

Pelez et hachez l'oignon. 
Lavez le poireau. Coupez-le en deux dans la longeur et émincez-le.
Pelez le chou-rave et coupez-le en tranche. Emincez chaque tranche en batonnêts.
Emincez le jambon.

Dans un wok chauffé à feu moyen, versez un peu d'huile d'olive. Faites blondir l'oignon puis jetez le reste des légumes. Faites revenir le tout quelques minutes. Ajoutez le jambon. Poursuivez la cuisson une ou deux minutes en mélangeant bien. Réservez.

Préchauffez le four à  210°C.
Déroulez votre pâte brisée et foncez un cercle à pâtisserie de 24 cm de diamètre préalablement beurré et posé sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. Piquez-la à l'aide d'une fourchette. Enlevez l'excédent de pâte avec une bonne lame.
(si vous utilisez un moule à tarte classique, précuisez votre fond de tarte quelques minutes dans un four préchauffé à 180°C)
Versez le mélange légumes/jambon sur le fond de tarte
Réservez au frigo.

Dans un grand bol, fouettez les oeufs avec la crème. Ajoutez le fromage, le paprika.  Sans cessez de battre, incorporez le lait. Salez et poivrez.
Versez ce mélange sur le fond de tarte et enfournez à 210°C pour 10 minutes. Après ce temps, baissez la température à 180°C et poursuivez la cuisson pendant 30 à 35 minutes.
Servez chaud ou tiède avec une petite salade.